L'école avant et après 16 heures

Publié le 1 Octobre 2007


Le gouvernement a la parole facile et parfois les mots dérapent. Rigueur, guerre, faillite... Au-delà des mots polémiques, l'expression se fonde souvent sur des intentions, des orientations ou des projets de réforme. Derrière les mots se cachent déjà des actes, choquants souvent, attendus parfois. Le secteur de l'Education, l'un des domaines d'activité phare de la Ligue de l'Enseignement, n'échappe pas à cette valse des mots, des projets et des actes. La réflexion semble ouverte, le ministère ne s'interdit rien. Les pistes de réforme pleuvent. Tout récemment : la réforme du bac, la suppression du samedi matin travaillé,... Cette semaine, le premier ministre a installé la « Commission sur l'évolution du métier d'enseignant » dont la philosophie repose sur trois principes : l'ouverture, la concertation et la transparence. La pertinence d'une telle commission qui traite d'un sujet central sera évidemment appréciée à l'aulne des orientations qu'elle préconisera. Un autre sujet fondamental corolaire est celui de l'élève car son environnement et ses capacités évoluent et il est essentiel d'en tenir compte. 

Par ailleurs, il est un dispositif que la Ligue de l'Enseignement suit avec intérêt, c'est l'accueil éducatif expérimenté dans les ZEP, qui devrait être élargi en 2008. Il est opportun d'attribuer des moyens et de développer un dispositif d'accompagnement après l'école, en particulier dans les territoires socialement fragilisés. En revanche, ce dispositif ne doit pas inciter à défaire l'école d'avant 16 heures (ou 17 heures !), il faut au contraire fortifier les missions communes de l'école et, dans le même temps, ne pas accentuer le transfert de charges sur les collectivités.


Retrouvez l'article sur le site.

Rédigé par fol 93

Publié dans #La Ligue Prend Position

Repost 0
Commenter cet article