Initiatives de jeunes : des lycéens écrivent une lettre à Claude Bartolone

Publié le 20 Juillet 2010

Mauvaise surprise pour les lycéens de Seine-Saint-Denis quelques jours avant le début des vacances d'été. Alors qu'ils allaient faire renouveler leur carte imagine R, ils apprennent que le Conseil Général de Seine-Saint-Denis ne rembourserait plus à hauteur de 50% la Carte Imagine R des jeunes du département dès la rentrée 2010-2011. Face à cette annonce vécue comme injuste, Jérôme Perrot, lycéen actif, membre de la Junior Association FASO (Villemomble) et élu du CVL du lycée Clémenceau a décidé d'agir et de relayer le mécontentement des jeunes en écrivant une lettre ouverte au Président du Conseil Général de Seine-Saint-Denis que vous trouverez ci-dessous.                                                                               

 

Le 22/06/10 à Villemomble,

 

Monsieur Claude Bartolone
Président du conseil général de Seine Saint Denis
Hôtel du département 124, rue Carnot, Bobigny

 

PERROT Jérôme

Elu au CVL du lycée Clemenceau


Objet : Le non renouvellement du remboursement de la carte imagine R pour les lycéens.
 

 

                                                   Monsieur le président,

 

Cette semaine, alors que les lycéens devaient faire tamponner les documents de renouvellement de la carte imagine R, nous avons eu la surprise d'apprendre que le conseil général de Seine Saint Denis abandonnait l'aide de 50% de remboursement de la carte imagine R qui nous était proposée. Ainsi en tant qu'élu je me permets de vous faire part de notre désarroi concernant cette décision qui pénalisera fortement les jeunes de Seine Saint Denis.
En effet la carte imagine R n'est pas seulement un titre de transport qui permet aux jeunes de se déplacer jusqu'à leur établissement, c'est aussi une solution pour les jeunes de Seine Saint Denis de pouvoir sortir de leur banlieue et ainsi accéder à toutes les richesses culturelles de la région parisienne.
En refusant de renouveler cette aide vous condamner, monsieur le président, de nombreux jeunes de votre département, à rester cloitrer dans leur quartier ! Nous devons combattre la ghettoïsation et faire de notre département un espace ouvert dans lequel les jeunes peuvent se déplacer librement et donc se confronter à « l'autre ». C'est ainsi qu'ils pourront s'émanciper vis à vis de leur quartier et donc s'épanouir.
D'autre part, je suis étonner de voir que des départements comme la Seine et Marne, le Val d'Oise, les Yvelines ou encore l'Essonne continuent, eux, de soutenir les jeunes de leur département alors qu'en Seine Saint Denis (où la population n'est pas, à mon sens, la plus aisée) délaisse les classes moyennes pour lesquelles cette aide était essentielle.
Nous savons, monsieur le président, que, tout cela tire ses origines du transfert des compétences non compensé par les aides de l'État. Toutefois sachez que l'abandon de ces aides affectera très fortement les jeunes de votre département qui n'ont que faire de savoir si cela est de la faute de l'État ou du département.
Aujourd'hui les jeunes de Seine Saint Denis souhaitent conserver leurs acquis sociaux, symboles de leur émancipation, mais pour cela nous vous demandons de ne pas nous abandonner sous prétexte d'une crise à laquelle nous ne sommes en rien responsables.
Convaincu de l'intérêt que vous portez aux jeunes de Seine Saint Denis, je vous prie de bien vouloir accepter, monsieur le président, mes salutations les plus distinguées.
 

 

Les lycéens du lycée Clemenceau de Villemomble.
 

 

PERROT
Jérôme

Rédigé par FOL 93

Repost 0
Commenter cet article